Césarine : infos sur la césarienne  
Presse      Césarine vous a aidé(e) ? Aidez Césarine !Soutenez l'association      ContactContact     
Association Césarine, césarienne, AVAC
Association Césarine: échange, soutien et information autour de la naissance par césarienne.

La rupture utérine

Qu'est-ce que la rupture utérine ?

Pour schématiser, l'utérus peut être comparé à un oeuf : il se compose d'une membrane (la coquille) entourant un muscle (le blanc), le bébé dans son liquide amniotique étant à l'intérieur (à l'emplacement du jaune).

Voir aussi...
La recommandation pour la pratique clinique émise par le CNGOF (Collège National des Gynécologues et obstétriciens français) en 2012 "Accouchement en cas d'utérus cicatriciel (chapitre 9, page 14) et la page du SYNGOF (Syndicat National des Gynécologues et obstétriciens de France)

Lors d'un accouchement, le segment inférieur de l'utérus s'affine. Il est tout à fait possible que le muscle utérin s'écarte, l'utérus n'est alors plus fermé que par la membrane : il s'agit d'une déhiscence du segment inférieur de l'utérus. Cela ne pose aucun problème grave, hormis le fait que le travail peut se trouver ralenti, conduisant à une césarienne pour arrêt du travail. Le plus souvent, l'accouchement se passe normalement, et l'éventuelle déhiscence n'est même pas détectée (elle n'est détectable qu'en pratiquant une révision utérine, geste qui ne se pratique pas sans bonne raison, par exemple en cas de saignement anormal). Il est également possible, bien que de manière extrêmement rare, que les membranes se rompent également.

Dans le cas de l'utérus cicatriciel, la ou les cicatrice(s) précédente(s) gène(nt) cet étirement du muscle utérin : le tissu cicatriciel, très solide, ne s'étire pas, c'est donc aux tissus environnants de s'étirer davantage. Ils sont donc soumis à une plus grande tension.

Si le muscle ne parvient pas à s'étirer et qu'il se déchire, mais que l'utérus reste fermé par la membrane, on parlera de déhiscence de la cicatrice, de désunion de la cicatrice, de pré-rupture ou de rupture incomplète (ces termes sont utilisés indifféremment).

Si le muscle et la membrane se déchirent, on parle de rupture utérine complète. Il est à noter qu'en général, une rupture complète ne se produit pas soudainement, alors que tout allait très bien jusque là : le plus souvent on aura d'abord constaté des symptômes de désunion (souffrance foetale, ralentissement du travail, douleur).

Est-ce que cela arrive souvent ?

On associe le plus souvent "rupture utérine" à "accouchement par voie basse sur utérus cicatriciel". En réalité, les ruptures partielles ou complètes peuvent également se produire sur des utérus non cicatriciels, ou être détectées lors d'une césarienne itérative, ou se produire pendant la grossesse... Une étude américaine ayant pour thème la déhiscence et la rupture utérine [1] donne un taux de 0,08% de ruptures utérines, tous accouchements confondus. Le CNGOF (Collège national des gynécologues et obstétriciens français) met en avant un taux de rupture utérine situé entre 0,1 et 0,5 % en cas d'utérus uni-cicatriciel [2]. Enfin, trois études [3] [4] [5] analysent que 90% des rupture utérines surviennent sur utérus cicatriciel.

Il est difficile de donner un chiffre tel que "les ruptures utérines se produisent statistiquement dans tant d'accouchements sur cent", car :

De manière générale, on parle dans la littérature d'un taux inférieur à 5 cas pour 1 000, lors d'une grossesse après une césarienne. Par exemple, [7] donne 2,4 déhiscences et 2,4 ruptures pour 1 000 accouchements après une césarienne, [8] donne 3,8 pour 1 000 accouchements après une césarienne, [9] donne 4 ruptures pour 1 000 accouchements (hors déclenchements et utilisation d'ocytocine) et [10] indique 5,2 ruptures pour 1 000 accouchements (hors déclenchements et utilisation d'ocytocine).

On peut par exemple comparer ce taux maximum de 0,5% de rupture utérine avec le chiffre suivant : en France, 7% des accouchements simples par voie basse se terminent par une césarienne en cours de travail. Il faut donc relativiser ce risque : il existe, mais n'est pas démesurément élevé par rapport aux autres risques d'une grossesse normale.

En prenant le problème à l'envers, un taux de 0,5% revient à dire que si on choisissait de pratiquer des césariennes itératives systématiques uniquement dans le but d'éviter la rupture utérine, on césariserait "inutilement" 199 femmes (avec les complications que cela comporte) pour éviter le cas de rupture qui se serait produit sur la 200ème.

Est-ce que c'est grave ?

Pour le bébé

Selon les recommandations de bonnes pratiques du CNGOF sur l'utérus cicatriciel [2] : "globalement, les complications néonatales sont rares quel que soit le mode d'accouchement en cas d'antécédent de césarienne".

La mortalité périnatale, due aux cas de rupture utérine, est comprise entre 3% et 6%, et le taux d'asphyxie (ph AO inférieur à 7.00 ou encaphalopathie néonatale) entre 6% et 15%[2].

En effet, la rupture peut avoir différents niveaux de gravité :

C'est surtout dans ces deux derniers cas que la rupture utérine peut avoir des conséquences graves sur le bébé (conséquences neurologiques, décès), expérience terrible bien sûr, mais rare.

Les complications d'une rupture diminuent si l'équipe qui vous entoure peut pratiquer une césarienne en urgence très rapidement. [11] note que pour les ruptures se produisant aux Etats-Unis dans un hôpital pratiquant plus de 3 000 accouchements par an, le taux de décès périnatal est trois fois plus faible que dans un hôpital pratiquant moins de 3 000 accouchements par an.

Pour la mère

Les études (pour la plupart américaines) ne déplorent que très rarement de décès maternel, la plupart des études n'en rapportant aucun. Le CNGOF indique "la mortalité maternelle en lien avec la rupture utérine paraît faible (< 1 %)" [2]. Ce qui ne signifie pas qu'une rupture utérine soit sans conséquences : la mère peut avoir besoin d'une transfusion sanguine importante, et parfois l'hystérectomie (ablation de l'utérus) sera nécessaire s'il est impossible d'arrêter l'hémorragie ou de réparer l'utérus (3,4/10 000 d'après [8]).

Dès lors la rupture utérine est associée à une morbidité maternelle sévère de l’ordre de 15 %[2]. A noter : la morbidité observée lors d’une rupture utérine après césarienne paraît cependant moins sévère que celle observée lors d’une rupture utérine sur utérus sain.

Notons que le Bulletin Epidémiologique Hebdomadaire de décembre 2006 s'intéresse aux causes de décès maternel en France, et signale environ 2 décès maternels par an consécutifs à une rupture utérine. L'équipe s'est également intéressée au caractère évitable ou non de ces décès mais aucune précision n'est donnée sur l'évitabilité de ces décès particuliers. De même, il n'est pas précisé si ces ruptures utérine sont consécutives à un AVAC ou non.

En ce qui concerne les grossesses ultérieures après une rupture utérine nécessitant réparation chirurgicale, le manque de données ne permet pas aux professionnels de santé de contre-indiquer une grossesse après la survenue d’une rupture utérine. Pour le CNGOF, [2], "en cas de nouvelle grossesse, les patientes doivent être clairement informées du risque de récidive de rupture utérine et une CPAC est recommandée. La date de réalisation de la césarienne doit être décidée au cas par cas".
Le CNGOF [2] énonce qu'"une suspicion de déhiscence utérine asymptomatique lors d’une révision utérine après AVAC ne nécessite pas de correction chirurgicale. Dans ce cas, les données de la littérature ne permettent pas d’émettre de recommandation sur les modalités de l’accouchement de la grossesse suivante".

Peut-on prévoir la rupture ?

Avant l'accouchement

La mesure échographique de l'épaisseur de la cicatrice est parfois utilisée par les gynécologues mais cette technique doit encore faire ses preuves. La mesure effectuée est la mesure de l'épaisseur du segment inférieur de l'utérus, et là encore, il n'existe pas de données de comparaison avec les primipares ou les femmes n'ayant jamais eu de césarienne.
Si l'épaisseur du segment inférieur semble en effet lié statistiquement au nombre de déhiscences ou ruptures, il n'existe pas de seuil net en-dessous duquel la rupture serait quasi-certaine. On sait simplement déterminer un seuil au-dessus duquel la rupture est rarissime.

Par exemple, [12] trouve que le risque de déhiscence diminue nettement si la cicatrice mesure plus de 1,6 mm (mesuré par échographie vaginale) entre la 37ème et la 40ème semaine. Mais l'utilisation du critère de "moins de 1.6 mm" pour imposer une césarienne itérative génèrerait encore beaucoup de césariennes inutiles, car une grande proportion des accouchements de ce groupe se sont déroulés sans rupture.

De même, [13] propose une limite de 3,5 mm (mesuré par échographie abdominale), au-dessus de laquelle le risque de rupture/déhiscence est nul. Les auteurs proposent d'interpréter ce chiffre non pas comme une interdiction à l'AVAC pour les patientes ayant moins de 3,5 mm, mais comme une incitation pour les hôpitaux ayant une politique de césarienne itérative systématique, à tout de même proposer l'AVAC pour les patientes ayant une cicatrice de plus de 3,5 mm.

Notons que ces deux études n'utilisent pas la même technique (échographie vaginale ou abdominale) et ne mesurent pas exactement la même chose (muscle seul, ou muscle et tissus environnants), ce qui explique la différence de valeur limite (1,6 mm ou 3,5 mm).

Pendant l'accouchement

Les symptômes suivants doivent faire penser à un début de rupture :

La tocométrie interne (capteurs de pression intra-utérines) sera parfois proposée pour surveiller l'intensité des contractions. Il s'agit de placer les capteurs du monitoring, non pas sur votre ventre, mais directement à l'intérieur de l'utérus, une fois la poche des eaux rompue. Cette méthode possède l'inconvénient de réduire la mobilité de la mère, ce qui peut conduire à un ralentissement du travail. Le gain en terme de prédiction de la rupture n'est pas avéré.

Selon le CNGOF [2], "les signes évocateurs de rupture utérine les plus fréquemment rapportés sont les anomalies du rythme cardiaque fœtal associées ou non à une douleur pelvienne, d’apparition brutale et secondaire. Mais ils ont une faible valeur diagnostique. Les capteurs de pression intra-utérine ne permettent pas d’anticiper le diagnostic de rupture utérine".

Le risque de rupture après plusieurs césariennes

Recommandations dans le monde

En France, le CNGOF [2] et la HAS [15] préconisent une tentative de voie basse en cas d'utérus bicicatriciel mais préconisent une césarienne itérative programmée en cas d'antécédent de trois césariennes et plus.

Au Canada, la SOGC indique ([16], § 13) qu'un AVA2C (accouchement vaginal après deux césariennes) réussira probablement, même si le risque de rupture est plus élevé.

Aux Etats-Unis, l'ACOG a révisé sa position en 2010 [17] et l'AVA2C n'est plus contre-indiqué.

De nombreuses publications se sont interessées au taux de rupture utérine après plusieurs césariennes.

Les études anciennes trouvent une augmentation du risque de rupture utérine après plusieurs césariennes : [18] parle d'un risque multiplié par 5 (période 1984-1996), [19] trouve un taux multiplié par 3 (période 1983-1992).

En revanche, les publications récentes ne retrouvent pas un sur-risque aussi important.

Peut-on limiter les risques de rupture ?

Il n'est pas facile de savoir ce qui augmente ou limite le risque de rupture. En effet, la rupture utérine est une complication rare de l’AVAC (0,5%), qui lui-même n'est pas toujours autorisé par les maternités. Or, pour obtenir des statistiques significatives, il faudrait disposer d’un grand échantillon de ruptures, ce qui n’est pas le cas : par exemple l'étude [11] portant sur 35 000 AVACs ne se base, au final, que sur 124 ruptures, ce qui est insuffisant pour en tirer des certitudes.

Facteurs aggravant notoirement le risque

Facteurs augmentant le risque

Recommandations dans le monde

En France, la HAS indique que le déclenchement est possible. Le déclenchement aux prostaglandines (misoprostol) est contre-indiqué chez les femmes avec césarienne antérieure [24].

Au Canada, la SOGC conseille un usage précautionneux du déclenchement à l'ocytocine ([16], § 9) et déconseille le déclenchement aux prostaglandines (dinoprostone § 10 et misoprostol § 11).

Aux Etats-Unis, l'ACOG indique que le déclenchement est possible, mais le misoprostol est déconseillé [17].

Facteurs n'influant pas sur le risque

Recommandations dans le monde

Au Canada, la SOGC (Society of Obstetricians and Gynaecologists of Canada) [16] ne déconseille pas l'essai de travail en cas de macrosomie soupçonnée (§ 16) ou de naissances multiples (§ 14).

Facteurs réduisant le risque

Facteurs dont on ne connait pas l'influence exacte sur le risque (manque de preuves)

Recommandations dans le monde

Au Canada, la SOGC (Society of Obstetricians and Gynaecologists of Canada) ne déconseille pas l'usage d'ocytocine pendant le travail. ([16], § 8).

En conclusion...

Toutes ces informations se ramènent au final à ceci : le risque est faible mais il n'existe pas de moyen de l'annuler totalement, et en cas de rupture utérine grave, seule la rapidité d'intervention pour pratiquer une césarienne permet de sauver le foetus. Pour autant, la césarienne itérative n'est pas la solution absolue au problème : certes, elle prévient la morbidité/mortalité foetale due à une rupture utérine massive, mais elle cause d'autres problèmes de morbidité maternelle (une césarienne étant une opération chirurgicale avec ses propres complications) ou foetale (détresse respiratoire notamment). Le choix éclairé appartient à chaque couple.

Références :
[1] PubMed 11958242
Diaz SD, Jones JE, Seryakov M, Mann WJ. South Med J. Uterine rupture and dehiscence: ten-year review and case-control study. 2002 Apr;95(4):431-5.
[2] CNGOF RPC utérus cicatriciel, 2012 - texte complet
Collège National des Gynécologues et Obstétriciens Français. Recommandations pour la pratique clinique : Accouchement en cas d’utérus cicatriciel (2012)
[3] PubMed 19515148
Zwart JJ, Richters JM, Ory F, de Vries JI, Bloemenkamp KW, van Roosmalen J. Uterine rupture in The Netherlands: a nationwide population-based cohort study. BJOG. 2009 Jul;116(8):1069-78; discussion 1078-80.
[4] PubMed 22427745
Fitzpatrick KE, Kurinczuk JJ, Alfirevic Z, Spark P, Brocklehurst P, Knight M. Uterine rupture by intended mode of delivery in the UK: a national case-control study. PLoS Med. 2012;9(3):e1001184. doi: 10.1371/journal.pmed.1001184
[5] PubMed 17425811
Walsh CA, Baxi LV. Rupture of the primigravid uterus: a review of the literature. Obstet Gynecol Surv. 2007 May;62(5):327-34; quiz 353-4
[6] PubMed 15516382
Lieberman E, Ernst EK, Rooks JP, Stapleton S, Flamm B. Results of the national study of vaginal birth after cesarean in birth centers. Obstet Gynecol. 2004 Nov;104(5 Pt 1):933-42.
[7] PubMed 12383544
Kieser KE, Baskett TF. Obstet Gynecol. A 10-year population-based study of uterine rupture. 2002 Oct;100(4):749-53.
[8] PubMed 15231616 - texte complet
Guise JM, McDonagh MS, Osterweil P, Nygren P, Chan BK, Helfand M. Systematic review of the incidence and consequences of uterine rupture in women with previous caesarean section. BMJ. 2004 Jul 3;329(7456):19-25.
[9] PubMed 15598960 - texte complet
Landon MB, Hauth JC, Leveno KJ, Spong CY, et al. Maternal and perinatal outcomes associated with a trial of labor after prior cesarean delivery. N Engl J Med. 2004 Dec 16;351(25):2581-9.
[10] PubMed 11439945 - texte complet
Lydon-Rochelle M, Holt VL, Easterling TR, Martin DP. Risk of uterine rupture during labor among women with a prior cesarean delivery. N Engl J Med. 2001 Jul 5;345(1):3-8.
[11] PubMed 15262772 - texte complet
Smith GC, Pell JP, Pasupathy D, Dobbie R. Factors predisposing to perinatal death related to uterine rupture during attempted vaginal birth after caesarean section: retrospective cohort study. BMJ. 2004 Aug 14;329(7462):375. Epub 2004 Jul 19.
[12] PubMed 11031364
Asakura H, Nakai A, Ishikawa G, Suzuki S, Araki T. J Nippon Med Sch. 2000 Oct;67(5):352-6.
[13] PubMed 9417464
Rozenberg P, Goffinet F, Philippe HJ, Nisand I. Echographic measurement of the inferior uterine segment for assessing the risk of uterine rupture. J Gynecol Obstet Biol Reprod (Paris). 1997;26(5):513-9.
[14] PubMed 1951569
Farmer RM, Kirschbaum T, Potter D, Strong TH, Medearis AL. Uterine rupture during trial of labor after previous cesarean section. Am J Obstet Gynecol. 1991 Oct;165(4 Pt 1):996-1001.
[15] Indication de la césarienne programmées à terme - texte complet
Haute Autorité de Santé. Indication de la césarienne programmées à terme (2012)
[16] PubMed 16001462 - texte complet
Société des obstétriciens et gynécologues du Canada (SOGC). Directive clinique sur l'accouchement vaginal chez les patients ayant déjà subi une césarienne. N. 155, Février 2005.
[17] PubMed 20664418 - texte complet
AHRQ Publication No. 10-E003 : Evidence Report/Technology Assessment no. 191 : Vaginal Birth After Cesarean: New Insights Number 191, March 2010 : p.142
[18] PubMed 10521745
Caughey AB, Shipp TD, Repke JT, Zelop CM, Cohen A, Lieberman E. Rate of uterine rupture during a trial of labor in women with one or two prior cesarean deliveries. Am J Obstet Gynecol. 1999 Oct;181(4):872-6.
[19] PubMed 8041542
Miller DA, Diaz FG, Paul RH.Obstet Gynecol. Vaginal birth after cesarean: a 10-year experience. 1994 Aug;84(2):255-8.
[20] PubMed 16816050
Landon MB, Spong CY, Thom E, Hauth JC, et al. Risk of Uterine Rupture With a Trial of Labor in Women With Multiple and Single Prior Cesarean Delivery. Obstet Gynecol. 2006 Jul;108(1):12-20.
[21] PubMed 19781046 - texte complet
Tahseen S, Griffiths M. Vaginal birth after two caesarean sections (VBAC-2)-a systematic review with meta-analysis of success rate and adverse outcomes of VBAC-2 versus VBAC-1 and repeat (third) caesarean sections. BJOG. 2010 Jan;117(1):5-19.
[22] PubMed 20374579
Cahill A, Tuuli M, Odibo A, Stamilio D, Macones G. Vaginal birth after caesarean for women with three or more prior caesareans: assessing safety and success. BJOG 2010;117:422-427.
[23] PubMed 15846208
Macones GA, Cahill A, Pare E, Stamilio DM, Ratcliffe S, Stevens E, Sammel M, Peipert J. Obstetric outcomes in women with two prior cesarean deliveries: is vaginal birth after cesarean delivery a viable option? Am J Obstet Gynecol. 2005 Apr;192(4):1223-8.; discussion 1228-9.
[24] HAS - Déclenchement Artificiel - texte complet
HAS. Recommandation de bonne pratique. Déclenchement artificiel du travail à partir de 37 semaines d'aménorrhée. 2008.
[25] PubMed 9259919
Flamm BL, Anton D, Goings JR, Newman J. Prostaglandin E2 for cervical ripening: a multicenter study of patients with prior cesarean delivery. Am J Perinatol. 1997 Mar;14(3):157-60.
[26] PubMed 11084562
Ravasia DJ, Wood SL, Pollard JK. Uterine rupture during induced trial of labor among women with previous cesarean delivery. Am J Obstet Gynecol. 2000 Nov;183(5):1176-9.
[27] PubMed 12170531
Taylor DR, Doughty AS, Kaufman H, Yang L, Iannucci TA. Uterine rupture with the use of PGE2 vaginal inserts for labor induction in women with previous cesarean sections. J Reprod Med. 2002 Jul;47(7):549-54.
[28] PubMed 15036710
Aslan H, Unlu E, Agar M, Ceylan Y. Uterine rupture associated with misoprostol labor induction in women with previous cesarean delivery. Eur J Obstet Gynecol Reprod Biol. 2004 Mar 15;113(1):45-8.
[29] PubMed 11077631
Hill DA, Chez RA, Quinlan J, Fuentes A, LaCombe J. Uterine rupture and dehiscence associated with intravaginal misoprostol cervical ripening. J Reprod Med. 2000 Oct;45(10):823-6.
[30] PubMed 10368501
Plaut MM, Schwartz ML, Lubarsky SL. Uterine rupture associated with the use of misoprostol in the gravid patient with a previous cesarean section. Am J Obstet Gynecol. 1999 Jun;180(6 Pt 1):1535-42.
[31] PubMed 15663395
Buhimschi CS, Buhimschi IA, Patel S, Malinow AM, Weiner CP. Rupture of the uterine scar during term labour: contractility or biochemistry? BJOG. 2005 Jan;112(1):38-42.
[32] PubMed 10521747
Zelop CM, Shipp TD, Repke JT, Cohen A, Caughey AB, Lieberman E. Uterine rupture during induced or augmented labor in gravid women with one prior cesarean delivery. Am J Obstet Gynecol. 1999 Oct;181(4):882-6.
[33] PubMed 15167874
Lin C, Raynor BD. Risk of uterine rupture in labor induction of patients with prior cesarean section: an inner city hospital experience. Am J Obstet Gynecol. 2004 May;190(5):1476-8.
[34] PubMed 12039116
Shipp TD, Zelop C, Repke JT, Cohen A, Caughey AB, Lieberman E. The association of maternal age and symptomatic uterine rupture during a trial of labor after prior cesarean delivery. Obstet Gynecol. 2002 Apr;99(4):585-8.
[35] PubMed 11641675
Zelop CM, Shipp TD, Repke JT, Cohen A, Lieberman E. Outcomes of trial of labor following previous cesarean delivery among women with fetuses weighing > 4000 g. Am J Obstet Gynecol. 2001 Oct;185(4):903-5.
[36] PubMed 16021071
Varner MW, Leindecker S, Spong CY, Moawad AH, et al. The Maternal-Fetal Medicine Unit cesarean registry: trial of labor with a twin gestation. Am J Obstet Gynecol. 2005 Jul;193(1):135-40.
[37] PubMed 15501161
Coutty N, Deruelle P, Delahousse G, Le Goueff F, Subtil D. Vaginal birth after caesarean delivery in twin gestation: is trial of labor allowed? Gynecol Obstet Fertil. 2004 Oct;32(10):855-9.
[38] PubMed 12439503
Bujold E, Mehta SH, Bujold C, Gauthier RJ. Interdelivery interval and uterine rupture. Am J Obstet Gynecol. 2002 Nov;187(5):1199-202.
[39] PubMed 11165577
Shipp TD, Zelop CM, Repke JT, Cohen A, Lieberman E. Interdelivery interval and risk of symptomatic uterine rupture. Obstet Gynecol. 2001 Feb;97(2):175-7.
[40] PubMed 11084564
Zelop CM, Shipp TD, Repke JT, Cohen A, Lieberman E. Effect of previous vaginal delivery on the risk of uterine rupture during a subsequent trial of labor. Am J Obstet Gynecol. 2000 Nov;183(5):1184-6.
[41] PubMed 3309751
Flamm BL, Goings JR, Fuelberth NJ, Fischermann E, Jones C, Hersh E. Oxytocin during labor after previous cesarean section: results of a multicenter study. Obstet Gynecol. 1987 Nov;70(5):709-12.
[42] PubMed 8498412
Leung AS, Farmer RM, Leung EK, Medearis AL, Paul RH. Risk factors associated with uterine rupture during trial of labor after cesarean delivery: a case-control study. Am J Obstet Gynecol. 1993 May;168(5):1358-63.
[43] PubMed 12066117
Bujold E, Bujold C, Hamilton EF, Harel F, Gauthier RJ. The impact of a single-layer or double-layer closure on uterine rupture. Am J Obstet Gynecol. 2002 Jun;186(6):1326-30.
[44] PubMed 14586327
Durnwald C, Mercer B. Uterine rupture, perioperative and perinatal morbidity after single-layer and double-layer closure at cesarean delivery. Am J Obstet Gynecol. 2003 Oct;189(4):925-9.
[45] PubMed 11239643
Zelop CM, Shipp TD, Cohen A, Repke JT, Lieberman E. Trial of labor after 40 weeks' gestation in women with prior cesarean. Obstet Gynecol. 2001 Mar;97(3):391-3.
[46] PubMed 12517658
Shipp TD, Zelop C, Cohen A, Repke JT, Lieberman E. Post-cesarean delivery fever and uterine rupture in a subsequent trial of labor. Obstet Gynecol. 2003 Jan;101(1):136-9.
[47] CNGOF RPC Césarienne, 2000 - texte complet
Collège National des Gynécologues et Obstétriciens Français. Recommandations pour la pratique clinique : Césarienne : conséquences et indications (2000)

Page mise à jour en octobre 2015.