Césarine : infos sur la césarienne  
Presse      Césarine vous a aidé(e) ? Aidez Césarine !Soutenez l'association      ContactContact     
Association Césarine, césarienne, AVAC
Association Césarine: échange, soutien et information autour de la naissance par césarienne.

Les conséquences d'une césarienne pour le bébé

La césarienne est un mode d'accouchement différent, qui a une influence aussi bien sur les processus intra-utérins liés à la naissance que sur les premières minutes de vie de votre bébé.

N.B. : Nous ne parlons ici que des bébés nés à terme - un bébé né prématuré nécessite des soins spécifiques que nous ne détaillons pas dans cette page.

De manière générale, on peut noter que la césarienne n'est pas sans risques pour le bébé. Par exemple, une étude portant sur presque 6 millions d'accouchements aux USA entre 1998 et 2001 parue en septembre 2006 dans Birth : Infant and Neonatal Mortality for Primary Cesarean and Vaginal Births to Women with ‘"No Indicated Risk," démontre que le risque de décès du nouveau-né est plus que doublé (1.77 au lieu de 0.62 pour 1000) en cas de naissance par césarienne pour une grossesse à faible risque, c'est-à-dire : présentation céphalique, bébé à terme, pas d'antécédents médicaux. Nous pouvons toutefois regretter que cette étude ne fasse pas la distinction entre césariennes programmées et en cours de travail.

Date d'accouchement imposée

On pense désormais que c'est le bébé qui, lorsqu'il est prêt, déclenche l'accouchement. Si vous subissez une césarienne programmée, votre bébé n'aura pas choisi son heure - on peut donc imaginer que par certains aspects, il n'était pas tout à fait prêt à naître. Selon le terme auquel aura lieu votre césarienne (37, 38, 39 SA), il "manquera" de 300 à 800 gr à votre bébé, par rapport au poids auquel il serait né. Il pourra alors (mais ce n'est pas une obligation) être un peu plus faible, ou avoir un peu plus de mal à téter efficacement, ou ne pas réclamer assez souvent à manger - ce sera alors à vous d'observer, et de proposer le sein plus souvent si vous allaitez.

Quoi qu'il en soit, le bébé dans le ventre est déjà réceptif depuis longtemps au son de votre voix. Vous pouvez donc lui parler quand le travail commence, lui expliquer ce qui va se passer, ce qui peut se passer. Si vous savez à l'avance que vous aurez une césarienne, dites-le lui, racontez-lui comment ça va se passer. Si la césarienne est décidée en cours de travail, et que vous avez un moment pour accuser le coup, pouvoir lui parler le rassurera sans aucun doute.

Absence de travail

Pendant le travail, un certain nombre d'hormones, notamment les catécholamines (noradrénaline), sont sécrétées par le bébé, afin de le préparer à sa vie extérieure. Ces hormones sont des "hormones du stress", elles apparaissent en réaction à un stress, mais surtout, elles déclenchent des réactions physiques destinées à protéger le corps. Elles sont surtout sécrétées en fin de travail, lors de la compression de la tête du foetus.

Dans le cas d'une césarienne programmée, ces hormones ne seront pas sécrétées.

Ces hormones ont pour fonction

Cette hormone favorise également le dévelopement olfactif, celui-ci permettant au bébé de distinguer sa mère d'une autre mère.

Par ailleurs, un bébé né par voie vaginale subit plusieurs heures de contractions qui lui font vivre un genre de massage énergique semblant avoir pour fonction d'aider à la maturation de ses poumons. Puis, le passage dans le bassin et le vagin maternel vont "essorer" les poumons du bébé qui étaient jusque là emplis de liquide amniotique et lui permettre ainsi de prendre sa première inspiration.

Voir ce cours pour une description des mécanismes physiques mis en jeu lors du début de la vie aérienne du bébé.

Risques de détresse respiratoire et d'inhalation de méconium

Bébé sous une cloche à oxygène suite à une détresse respiratoire © Association Césarine
Bébé sous une cloche à oxygène suite à une détresse respiratoire, et nourri par sonde.

La détresse respiratoire transitoire (DRT) est une difficulté pour le bébé à évacuer après sa naissance le liquide qui se trouvait dans ses poumons lors de sa vie aquatique in-utero.

Généralement, on traite cette complication par une oxygénothérapie rapide. Voir le site de l'OMS pour la conduite à tenir en cas de détresse respiratoire.

On rencontre plus souvent ce trouble lors de césariennes programmées pour deux raisons : les poumons du bébé ne sont pas comprimés pendant le passage par le bassin et le vagin de la mère (ce qui facilite l'expulsion du liquide qu'ils contiennent); et si la césarienne est effectuée hors travail, le bébé ne bénéficie pas des mécanismes hormonaux facilitant la maturation pulmonaire. Si par ailleurs le liquide était teinté (méconium par exemple du fait d'une souffrance foetale), le risque que le bébé respire le méconium augmente, ce qui peut dans certain cas justifier un séjour en néo-natalogie.

Les détresses respiratoires se produisent dans 35,5 pour mille naissances par césarienne hors travail, contre 12,2 pour mille césariennes en cours de travail et seulement 5,3 pour mille naissances par voie basse[1].

Plus la césarienne est pratiquée tôt, plus le risque est important : par exemple deux publications trouvent, pour l'une un risque 2,4 fois plus élevé pour une césarienne entre 38SA+0 et 38SA+6, qu'entre 39SA+0 et 39SA+6[1], et pour l'autre un risque 12,2 fois plus élevé entre 37SA+0 et 38SA+6, qu'après 39SA+0[2]. Après 39SA, le risque reste multiplié par 1,9 entre une césarienne programmée et une voie basse[3].

Ces publications s'accordent pour recommander de n'effectuer les césarienne programmée qu'après 39SA+0.

Usage de produits anesthésiants

Puisque vous serez anesthésiée, votre bébé recevra une petite partie des anesthésiants. Cela peut avoir des effets sur son tonus et ses capacités de succion immédiatement après la naissance.

Cette affirmation est particulièrement vraie dans le cas d'un travail long sous péridurale (le produit a le temps de se diffuser dans le sang), mais est un peu moins vrai dans le cas d'une césarienne sans péridurale préalable : en effet, le bébé étant sorti du ventre très rapidement après la pose de l'anesthésie, il ne reçoit qu'une dose minime de produit.

En revanche, si vous allaitez, et que le cathéter de péridurale reste posé ou que vous êtes sous perfusion de morphine, votre bébé recevra un peu de produit anesthésiant. Cela ne pose pas de problème (voir notre page consacrée à l'allaitement).

Soins plus intenses après la naissance

Voir aussi...

www.perineology.com : vous pourrez vous faire une idée de presque toutes les interventions qui peuvent être faites sur un bébé après une césarienne, ces interventions n'étant heureusement pas toutes faites sur tous les bébés.

Lors d'une naissance par voie basse, il est d'usage de couper le cordon ombilical qui n'a pas encore cessé de battre. Différentes études semblent montrer l'utilité d'un clampage plus tardif du cordon ombilical, après qu'il aie cessé de battre. Ceci est possible dans le cas d'une voie basse, mais plus difficile dans le cadre d'une césarienne.

L'aspiration du bébé, en général inutile lors d'une naissance par voie basse du fait de l'essorage que subit le bébé, est plus souvent utile lors d'une césarienne (mais on peut aussi attendre quelques instants afin de voir si le bébé respire bien, dans ce cas, ne rien faire). Voir alternatives.be pour une discussion sur ce geste et [4] pour l'impact sur l'allaitement..

N'hésitez pas à vous faire votre propre opinion sur l'utilité ou non de ces gestes, et d'en discuter avec votre gynécologue, au besoin, en rédigeant un projet de naissance.

Perturbation de l'établissement du lien mère-enfant ou père-enfant

De manière générale, autant il est de plus en plus admis qu'en cas de naissance par voie basse, il faut faciliter l'établissement du lien mère-enfant en laissant le bébé au contact de sa mère, autant en cas de césarienne ceci n'est pas encore passé dans les moeurs. Par exemple, présenter l'enfant à sa mère après sa sortie n'est pas systématique. Ou encore, le bébé est souvent placé en couveuse pour le réchauffer, après une batterie de soins qui pour certains pourraient attendre, alors qu'un peau à peau avec sa maman (sous une couverture de survie, pendant que l'équipe médicale referme l'incision) ou son papa serait le bienvenu.

Par ailleurs, le premier contact de bébé avec sa maman lors d'une césarienne est souvent plus difficile. La cause en est notamment le lieu de rencontre : un bloc opératoire froid dans le meilleur des cas, c'est-à-dire si la maman est consciente.

Dans les témoignages, il est arrivé que le papa présent lors de la césarienne puisse lui-même couper le cordon ombilical, le bébé ayant été retiré avec le placenta ; ceci n'est toutefois pas une pratique courante !

Si l'accueil de l'enfant est modifié dans le cas d'une césarienne, l'impact réel à long terme de ces perturbations est difficile à évaluer, puisque :

Il n'existe pratiquement aucune recherche sur les conséquences d'une naissance par césarienne sur la personnalité de l'adulte ou sur son comportement.

Risques de blessure de l'enfant

Bébé blessé à l'oreille lors d'une césarienne © Association Césarine
Bébé blessé à l'oreille lors d'une césarienne

Il arrive que l'incision soit trop profonde, et atteigne le bébé qui peut alors se retrouver avec une coupure sur le corps. Cette complication semble arriver dans environ 1% des césariennes :

Les techniques récentes de césarienne où l'on n'incise plus l'utérus au profit d'une déchirure des tissus à la main permettent sans doute de limiter ce problème.

Répétons-le, ces cas sont rares, mais permettent de se rappeler qu'une césarienne n'est jamais "absolument sans aucun risque pour le bébé" .

A long terme : risques d'asthme

Le risque d'asthme augmente en cas de césarienne. Le sur-risque exact semble difficile à évaluer car les publications donnent des valeurs assez variables. Citons par exemples :

Cependant, il semble s'agir essentiellement d'une association entre la détresse respiratoire et le risque d'asthme : la détresse respiratoire étant plus fréquente en cas de césarienne, ce qui pourrait expliquer pourquoi les enfants nés par césariennes semblent plus fréquemment asthmatiques. En effet les enfants avec un diagnostic de détresse respiratoire ou de tachypnée (qu'ils soient nés par voie basse ou par voie haute) ont 1,7 fois plus de risques d'être hospitalisés pour cause d'asthme[10]. En analysant les caractéristiques d'une population d'enfants pré-scolaires diagnostiquées asthmatiques on retrouve ce même lien avec des difficultés respiratoires à la naissance[11]. Ceci pourrait corroborer [12], qui trouve moins de risque d'asthme pour une population à terme (moins sujette à la DRT), que pour les prématurés et [13] qui trouve un risque plus important en cas de césarienne programmée (x 1,59) qu'en cas de césarienne en cours de travail (x 1,42).

A long terme : risques d'allergie

Le lien entre la césarienne et les allergies semble dépendre du type d'allergie :

Une explication proposée est que lors d'une naissance par voie basse, les bactéries présentes dans votre flore vaginale (les lactobacilles notamment) colonisent les intestins de votre enfant, ce qui lui assure rapidement une meilleure protection. La flore intestinale des enfants nés par césarienne n'est en effet pas identique à celle des enfants nés par voie basse[18]. Ceci pourrait expliquer l'effet sur les allergies alimentaires et l'absence d'effet sur les allergies respiratoires.

A noter qu'allaiter votre enfant pourrait aider à contre-balancer cet effet car l'allaitement a un effet protecteur sur le développement des allergies chez l'enfant de moins de 2 ans[19].

Références :
[1] PubMed 7756199
Morrison JJ, Rennie JM, Milton PJ Neonatal respiratory morbidity and mode of delivery at term: influence of timing of elective caesarean section. Br J Obstet Gynaecol. 1995 Feb;102(2):101-6.
[2] PubMed 15174788
Zanardo V, Simbi AK, Franzoi M, Soldà G, Salvadori A, Trevisanuto D. Neonatal respiratory morbidity risk and mode of delivery at term: influence of timing of elective caesarean delivery. Acta Paediatr. 2004 May;93(5):643-7.
[3] PubMed 18077440
Hansen AK, Wisborg K, Uldbjerg N, Henriksen TB. Risk of respiratory morbidity in term infants delivered by elective caesarean section: cohort study. BMJ. 2008 Jan 12;336(7635):85-7. Epub 2007 Dec 11.
[4] Mémoire - texte complet
Impact de l'aspiration systématique du nouveau né sur l'allaitement maternel. Denis-Bezard, Valérie. Mémoire, Université Joseph Fourrier, Faculté de médecine de Grenoble 1, 2004.
[5] PubMed 17012450
Alexander JM, Leveno KJ, Hauth J, Landon MB et al. Fetal injury associated with cesarean delivery. Obstet Gynecol. 2006 Oct;108(4):885-90.
[6] PubMed 15547541
Dessole S, Cosmi E, Balata A, Uras L, Caserta D, Capobianco G, Ambrosini G. Accidental fetal lacerations during cesarean delivery: experience in an Italian level III university hospital. Obstet Gynecol. 2006 Oct;108(4):885-90.
[7] PubMed 9277641
Smith JF, Hernandez C, Wax JR. Fetal laceration injury at cesarean delivery. Obstet Gynecol. 1997 Sep;90(3):344-6.
[8] PubMed 18352976
Thavagnanam S, Fleming J, Bromley A, Shields MD, Cardwell CR. A meta-analysis of the association between Caesarean section and childhood asthma. Clin Exp Allergy. 2008 Apr;38(4):629-33.
[9] PubMed 19052046
Roduit C, Scholtens S, de Jongste JC, Wijga AH, Gerritsen J, Postma DS, Brunekreef B, Hoekstra MO, Aalberse R, Smit HA. Asthma at 8 years of age in children born by caesarean section. Thorax. 2009 Feb;64(2):107-13. Epub 2008 Dec 3.
[10] PubMed 15383441
Smith GC, Wood AM, White IR, Pell JP, Cameron AD, Dobbie R. Neonatal respiratory morbidity at term and the risk of childhood asthma. Arch Dis Child. 2004 Oct;89(10):956-60.
[11] PubMed 8707780
J Asthma. 1996;33(4):255-64. Neonatal characteristics as risk factors for preschool asthma. Schaubel D, Johansen H, Dutta M, Desmeules M, Becker A, Mao Y.
[12] PubMed 15765737
Debley JS, Smith JM, Redding GJ, Critchlow CW. Childhood asthma hospitalization risk after cesarean delivery in former term and premature infants. Ann Allergy Asthma Immunol. 2005 Feb;94(2):228-33.
[13] PubMed 18571547
Tollånes MC, Moster D, Daltveit AK, Irgens LM. Cesarean section and risk of severe childhood asthma: a population-based cohort study. J Pediatr. 2008 Jul;153(1):112-6. Epub 2008 Mar 21.
[14] PubMed 18266879
Bager P, Wohlfahrt J, Westergaard T. Caesarean delivery and risk of atopy and allergic disease: meta-analyses. Clin Exp Allergy. 2008 Apr;38(4):634-42. Epub 2008 Feb 11.
[15] PubMed 12897751
Eggesbo M, Botten G, Stigum H, Nafstad P, Magnus P. Is delivery by cesarean section a risk factor for food allergy? J Allergy Clin Immunol. 2003 Aug;112(2):420-6.
[16] PubMed 15499049
Laubereau B, Filipiak-Pittroff B, von Berg A, Grubl A, Reinhardt D, Wichmann HE, Koletzko S; GINI Study Group. Caesarean section and gastrointestinal symptoms, atopic dermatitis, and sensitisation during the first year of life. Arch Dis Child. 2004 Nov;89(11):993-7.
[17] PubMed 20472571
Metsälä J, Lundqvist A, Kaila M, Gissler M, Klaukka T, Virtanen SM. Maternal and perinatal characteristics and the risk of cow's milk allergy in infants up to 2 years of age: a case-control study nested in the Finnish population. Am J Epidemiol. 2010 Jun 15;171(12):1310-6. Epub 2010 May 14.
[18] PubMed 20566857
Dominguez-Bello MG, Costello EK, Contreras M, Magris M, Hidalgo G, Fierer N, Knight R. Delivery mode shapes the acquisition and structure of the initial microbiota across multiple body habitats in newborns. Proc Natl Acad Sci U S A. 2010 Jun 29;107(26):11971-5. Epub 2010 Jun 21.
[19] PubMed 12456543
Kull I, Wickman M, Lilja G, Nordvall SL, Pershagen G. Breast feeding and allergic diseases in infants-a prospective birth cohort study. Arch Dis Child. 2002 Dec;87(6):478-81.

Page mise à jour en Octobre 2010.