Césarine : infos sur la césarienne  
Presse      Césarine vous a aidé(e) ? Aidez Césarine !Soutenez l'association      ContactContact     
Association Césarine, césarienne, AVAC
Association Césarine: échange, soutien et information autour de la naissance par césarienne.

Les types d'anesthésie pour une césarienne.

Il existe à l'heure actuelle différents types d'anesthésie pour effectuer une césarienne. Le plus souvent il s'agira d'anesthésies loco-régionales telles que la rachi-anesthésie ou la péridurale, mais certaines césariennes se déroulent sous anesthésie générale.

État des lieux

La répartition en pourcentage des différents types d'anesthésie n'est pas connue avec précision. Parmi les informations disponibles, les pourcentages donnés par différentes sources varient fortement :

  Type de césarienne :
 
 
Type d'anesthésie :
Césarienne
en urgence
réalisée avant travail
4356 accouchements
 
Césarienne
en urgence
réalisée pendant travail
14313 accouchements
 
Césarienne
programmée
réalisée avant travail
11918 accouchements
 
Césarienne
programmée
réalisée pendant travail
1288 accouchements
 
Générale d'emblée 17,32 % 4,22 % 4 % 5,25 %
Rachianesthésie 63,72 % 19,56 % 79,14 % 57,91 %
Péridurale 10,7 % 69,83 % 7,75 % 27,95 %
Rachi et péri combinées 6,44 % 2,49 % 7,64 % 5,83 %
Générale après rachi 0,66 % 0,69 % 0,71 % 0,93 %
Générale après péri 0,33 % 2,36 % 0,12 % 1,01 %
Autres 0,82 % 0,85 % 0,63 % 1,12 %

Ces chiffres permettent de formuler les remarques suivantes :

Analgésie loco-régionales

Il faut noter qu'il n'existe pas "une" anesthésie péridurale ou "une" rachi-anesthésie : suivant les produits utilisés, leur dosage, votre propre physiologie, les effets peuvent différer.

On entend souvent le terme d'anesthésie loco-régionale, mais il est plus juste de parler d'analgésie loco-régionale : il s'agit de supprimer la douleur, et non d'endormir.

La rachi-anesthésie

La rachi-anesthésie - @ Association Césarine
La rachi-anesthésie fait effet rapidement.

La rachi-anesthésie consiste à injecter dans la colonne vertébrale, à l'intérieur de la dure-mère (enveloppe du système nerveux central), une dose unique de produit anesthésiant. On parle d'injection intrathécale. Une fois l'injection réalisée, aucun cathéter ne reste en place, il s'agit donc d'une anesthésie à durée limitée :environ 2 heures dans le cas d'anesthésiques locaux, plus longtemps si on y ajoute des dérivés morphiniques. Cette durée est toutefois suffisante puisqu'une césarienne prend moins d'une heure.

Une rachi-anesthésie peut être posée très rapidement, en 2 à 3 minutes, et avoir une action quasi immédiate des produits injectés ; mais si l'anesthésiste rencontre un problème (dos "difficile" ou simplement pas de chance) et doit s'y reprendre à plusieurs fois, une quinzaine de minutes peuvent être nécessaires.

L'anesthésie péridurale

La péridurale consiste à injecter dans la colonne vertébrale, mais à l'extérieur de la dure-mère, une dose de produit anesthésiant qui va agir sur les nerfs présents dans cet espace. Un cathéter reste en place, afin de pouvoir remettre des doses de produit, lorsque l'effet de celui-ci disparaît après environ 2 heures. La pose est un peu plus longue que pour la rachi-anesthésie car il faut mettre en place le cathéter. L'effet de l'anesthésiant se fait sentir après environ 15 minutes. La pose en elle-même, comme pour la rachi-anesthésie, peut être très rapide ou nécessiter quelques essais.

Pour plus d'informations, voir la fiche patient sur l'analgésie péridurale (SFAR) [5].

La péri-rachianesthésie combinée (PRC)

Cette technique émergente consiste à effectuer dans le même temps une rachi-anesthésie plus la pose d'un cathéter de péridurale. Cette technique permet de combiner la rapidité d'action de la rachi-anesthésie, avec la possibilité d'une anesthésie à long terme de la péridurale. Elle permet, par exemple, des réinjections de doses de produit après l'opération, pour continuer l'analgésie de cette zone.[6]

Les produits utilisés

Il existe différents types de produits anesthésiants  [7][8].

Les risques

Un effet de l'anesthésie

Il se peut que pendant l'opération ou en salle de réveil, vous vous mettiez à trembler comme une feuille, sans pouvoir vous contrôler. Cet effet, qui peut vous inquiéter lorsque cela vous arrive, est une conséquence des produits utilisés dans l'anesthésie et passera tout seul assez rapidement. Parlez-en aux médecins présents, qui sauront vous rassurer.

Les risques d'une anesthésie loco-régionale sont globalement plus faibles que ceux d'une anesthésie générale. Cependant il peut se produire les cas suivants :

Pour plus d'informations sur les risques de l'anesthésie loco-régionale, voir Complications de l'anesthésie péridurale en obstétrique (SFAR) [9].

Les avantages

Ce type d'anesthésie est nettement moins risqué qu'une anesthésie générale. Les suites sont plus faciles. De plus, une anesthésie loco-régionale vous permet d'être consciente au moment de la naissance.

Anesthésie générale

L'anesthésie générale consiste à vous plonger dans un état d'inconscience complet. Cette anesthésie est pratiquée le plus tard possible afin d'éviter l'exposition de votre bébé aux produits anesthésiants.

Entre autres actions, il faut : poser une perfusion, assurer une ventilation d'oxygène, injecter un narcotique plus un dérivé de curare, vous intuber (car vous ne pouvez plus respirer suite à l'administration de ce dernier), extraire votre bébé, puis retirer l'intubation lorsque les effets du curare disparaissent.

Cette anesthésie est très rapide à mettre en place puisqu'il s'agit d'une simple injection intraveineuse.

Voir ce site pour un exemple de description du mode opératoire de l'anesthésie générale dans le cas d'une césarienne.

Les risques

Les risques d'une AG sont principalement :

On peut noter qu'une anesthésie générale est considérée comme plus risquée chez une femme enceinte que chez une femme non enceinte : les modifications physiologiques dues à la grossesse augmentent le risque d'inhalation gastrique car l'estomac d'une femme enceinte n'est jamais totalement vide, et l'intubation est plus difficile car les muqueuses sont plus fragiles.

Les avantages

Ils sont principalement médicaux et liés à l'urgence : on obtient rapidement, avec des risques maîtrisés, un endormissement.

Critères de choix pour la césarienne

Les contre-indications à l'anesthésie loco-régionale

En cas de contre-indication à une anesthésie loco-régionale (péridurale / rachi), la césarienne devra se dérouler sous anesthésie générale.

Les contre-indications classiques sont :

Pour une césarienne programmée

Si vous ne présentez aucune de ces contre-indications, vous bénéficierez probablement d'une rachi-anesthésie pour l'opération elle-même, qui est à l'heure actuelle le mode d'anesthésie préféré par les médecins.

Pour une césarienne en cours de travail

Si vous ne présentez aucune des contre-indications, le degré de rapidité auquel doit être effectuée la césarienne sera le critère décisif. De manière générale :

Pour plus d'informations, voir Anesthésie pour césarienne en urgence (SFAR) [10];

Et après l'opération ?

Voir aussi...

Le site du CRAT et notamment la page Douleur et Allaitement. Votre médecin y trouvera une aide pour vous prescrire un traitement anti-douleur compatible avec l'allaitement.

La page de ce site consacrée à l'allaitement.

La morphine en péridurale semble être une bonne stratégie de traitement de la douleur post-opératoire, malgré les effets secondaires (prurit). Elle peut être utilisée si on vous a fait une césarienne sous PRC ou sous péridurale.

Autre possibilité : certains mélanges de produits utilisés en rachi-anesthésie semblent avoir des effets à longue durée : « La morphine peut assurer plus de 12 heures d'analgésie après une injection intrathécale unique" »[11].

Le paracetamol est couramment prescrit, soit en comprimés, soit directement dans votre perfusion si celle-ci est encore en place. D'autres anti-douleurs, de type ibuprofène, peuvent vous être proposés mais en cas d'allaitement il peut y avoir des contre-indications.

Dans les cas de douleur aigüe, la morphine peut être injectée en intra-veineuse.

Références :
[1] SFAR. L'anesthésie en France en 1996 - texte complet
SFAR. L'anesthésie en France en 1996. Résultat d'une enquête de la Société Française d'Anesthésie et de Réanimation.
[2] Statistique annuelle des établissements de santé. Collecte 2009
  http://www.sae-diffusion.sante.gouv.fr/Collecte_2009/
[3] Statistiques du PMSI - MCO (médecine, chirurgie, obstétrique)- accès par GHM (groupes homogènes de malades)
  http://stats.atih.sante.fr/mco/statghmmco.php
[4] Le Réseau Sentinelle AUDIPOG
  http://audipog.inserm.fr/
[5] SFAR : Fiche patient sur l'analgésie péridurale - texte complet
Comité Vie professionnelle, Groupe Obstétrique. Information médicale sur l'analgésie péridurale en obstétrique (Fiche patient 1998)
[6] SFAR : Péri-Rachi Combinée - texte complet
G Boulay, J Hamza. La péri-rachianesthésie en obstétrique. Conférences d'actualisation 1997, p. 167-83.
[7] PCEA pour le travail - texte complet
Dr Eric Lopard. PCEA pour le travail
[8] La péridurale analgésique - texte complet
C. Jayr, D. Fletcher. La péridurale analgésique. Conférences d'actualisation 2005, p. 85-104.
[9] SFAR - Complications - texte complet
P Diemunsch, H Gros, R Schaeffer. Complications de l'anesthésie péridurale en obstétrique. Conférences d'actualisation 1997, p. 73-104.
[10] SFAR. Anesthésie pour césarienne en urgence - texte complet
C.C. Arvieux, B. Rossignol, G. Gueret, M. Havaux. Anesthésie pour césarienne en urgence. Conférences d'actualisation 2001, p. 9-25.
[11] SFAR - Morphiniques - texte complet
R. Torrielli, S. Kollen, A. Bouju. Les morphiniques en milieu obstétrical. Conférences d'actualisation 2000, p. 307-317.

Page mise à jour en Septembre 2010.